<< Retour

Erkki Innola

www.musiikkiakorville.fi

September 2020

Un point de vue français sur les amplificateurs à tubes

Kora est une marque française d’amplificateurs dont j’ai déjà entendu parler en passant. Aujourd’hui, la marque a connu une sorte de résurrection et propose une gamme de trois amplificateurs intégrés : 70, 100 et 200 watts.

Ce qui est intéressant avec ces amplificateurs Kora, c’est qu’ils ne sont pas des hybrides au sens traditionnel du terme. Ce sont plutôt des amplificateurs à tubes assistés par des transistors. Pourtant, ils ressemblent beaucoup à des hybrides pour un observateur occasionnel. Les amplificateurs utilisent une nouvelle technologie brevetée appelée «Square Tube». L’idée est que les tubes fournissent le signal d’amplification et que les transistors fournissent le courant nécessaire. Les tenants et aboutissants de cette technologie me dépassent légèrement, mais le concept a retenu mon attention. Ils sont importés en Finlande par Tur-Pex, qui m’en a gentiment envoyé un pour examen.

Après l’arrivée du colis – et j’ai réussi à faire glisser le paquet de près de 30 kilos dans ma salle d’écoute – l’expression «turtles all the way down» m’est venue à l’esprit. Dans ce cas, il n’y avait pas de tortues mais des boîtes sans fin dans des boîtes. Heureusement, il y avait une fin à tout cela, et j’ai finalement été accueilli par un amplificateur gris avec une finition intéressante. Kora appelle cette couleur «gris minéral». Le panneau avant est en acrylique et derrière, on peut voir la faible lueur des filaments de quatre tubes de taille décente. Heureusement, les tubes n’ont pas de rétro-éclairage LED comme c’est le cas de certains amplificateurs chinois.

L’affaire a l’air solide et élégante. Cependant, à ma légère déception, bien que le panneau arrière dispose de bornes de haut-parleurs de haute qualité, il n’a que 4 entrées RCA. Pas d’entrée symétrique ? D’accord, tous les amplis à lampes n’en ont pas. Cependant, cela présente un léger défi lorsque j’ai deux câbles XLR haut de gamme, mais que je n’ai qu’un ancien câble RCA Cello Strings 1. Mon installation m’a laissé un câble RCA SoundProof de rechange. Et en fait, ce dernier s’est avéré mieux adapté au son global. Avec le RCA, j’ai connecté le TB400 à mon streamer numérique Klimax Katalyst. Les haut-parleurs étaient connectés par des câbles de haut-parleur Nordost Valhalla 1 avec des fiches bananes. Pour le cordon d’alimentation, j’ai utilisé un cordon Nordost Valhalla 1, que j’ai connecté à la prise de sortie haute puissance du PS Audio P10.

 

LE HAUT DE GAMME
Ce modèle Kora est le TB400. Il s’agit d’un amplificateur intégré qui offre 200 watts à 8 ohms par canal et qui double presque sa puissance à 4 ohms. L’alimentation interne est une alimentation double et a donc de la réserve derrière elle. Il y a 200 000 µF de filtrage principal. En plus des huit triodes, il y a vingt transistors. Le panneau avant est muni d’un bouton qui tourne dans les deux sens et qui peut également être pressé. La télécommande est spartiate, mais elle fonctionne parfaitement. J’ai entendu dire qu’il y a des plans pour un préamplificateur et un amplificateur de puissance, mais pour l’instant le TB400 est le modèle haut de gamme. L’amplificateur a quatre entrées, dont une peut servir de bypass, ce qui le transforme en amplificateur de puissance. Le gain d’entrée peut également être équilibré entre les entrées. Pour moi, l’absence de «line out», c’est-à-dire de «rec out», est décevante. (Remarque de Kora : cette possibilité existe maintenant en série). Cela signifie que je ne peux pas connecter un amplificateur de casque ou un enregistreur. Il est vrai que cela fait environ six mois que je n’ai pas écouté de musique avec des écouteurs, ce n’est donc pas un gros défaut.

L’amplificateur plaît à l’œil, même si le design général est plus plutôt discret. Comme les appareils audio sont généralement noirs ou argentés, cette couleur grise unique le fait ressortir – pour le meilleur ou pour le pire. Par ailleurs, les considérations esthétiques sont toujours une question de goût et je préfère ne pas trop m’y attarder. Dans l’ensemble, j’aime le look de l’ampli, mais pas sans réserve. Cependant, je dois dire que l’affichage jaune convient bien à l’appareil.

 

IL EST TEMPS D’ÉCOUTER
Avant de poursuivre, je dois noter que je n’ai pas eu beaucoup d’occasions de faire l’expérience de véritables amplificateurs à tubes, mon expérience d’écoute se situe plutôt du côté hybride. Alors, est-ce un «son tube» ? Difficile à dire. Tout d’abord, le son est propre et clair, mais pas trop brillant ou trop aigu. La partie grave est également efficace et résiste à des appareils comme le BHK 250 de PS Audio, que j’utilise ici à titre de comparaison. Le fond sonore est d’un silence absolu, aucun bruit ne peut être entendu des éléments aigus du haut-parleur, même pas à proximité immédiate des enceintes. L’image sonore de Kora est précise et plus large que celle du BHK, il y a un peu plus de message sur les bords extérieurs. La profondeur est plus ou moins la même. Les voix sont assez proches du reste de la scène sonore, mais elles ne disparaissent pas dans le fond. En fait, à l’inverse, Kora présente un espace sonore plus naturel que le BHK. En termes de résolution globale, Kora l’emporte à nouveau avec une marge proche mais perceptible. Dès le début, j’ai placé des pieds d’isolation IsoAcoustics sous l’ampli et un étroit carreau de pierre sur le dessus de l’appareil, de sorte que les grilles de ventilation restent libres. J’ai également fait quelques tests sans les pieds isolants, mais la résolution était nettement meilleure avec les pieds.

L’ampli est bien adapté à la musique d’orchestre. Le son est grand, mais en écoutant des œuvres familières, je n’arrêtais pas de remarquer des nuances et des détails d’une toute nouvelle manière. Néanmoins, les contours des groupes d’instruments pourraient parfois être un peu plus nets. Cela ne veut pas dire que Kora se débrouille mal, ils pourraient simplement être meilleurs. L’ampli gère parfaitement la gamme dynamique de l’audio numérique.

En fait, je me suis mal exprimé ci-dessus, l’ampli n’est pas seulement bien adapté à la musique orchestrale, il est en fait de première classe. Par exemple, l’ouverture grondante de L’oiseau de feu de Stravinsky (par Reference Records), qui peut souvent sembler un peu boueuse, commence par une véritable transparence. La présentation de Kora est extrêmement précise et semble authentique, même si le volume n’est pas à un niveau réaliste. Si le son est bon, le silence est encore meilleur ! Le fond est le plus noir des noirs, tant en termes absolus que musicaux.

 

AUDIO NUMÉRIQUE
Lorsque je teste l’audio numérique, je commence toujours par la version de Shelby Lynne de Just A Little Lovin’ de Dusty Springfield. Wow, il y a de la puissance dans la grosse caisse. Puis vient la première surprise, le rimshot a un long écho, mais il tourne vers l’intérieur. C’est quelque chose de complètement nouveau. C’est comme si un coup sur deux faisait écho vers l’extérieur et un autre vers l’intérieur. Est-ce que le batteur frappe alternativement les rimshots dans différentes parties de la caisse claire ? Intriguant tout de même. C’était nouveau pour moi et j’associe cela à l’excellente transparence de Kora. Les cymbales et le charleston se font clairement entendre et le timing est excellent, rien à dire.

Le prochain test aura lieu à 1 minute et 30 secondes. En écoutant une installation de haute qualité comme celle-ci, je m’attends à capter cinq pré-échos audibles de la bande maîtresse analogique ou je prends mon manteau et je m’en vais ! Il n’y a pas eu cinq échos, mais je n’irai nulle part car il y en a eu six ou sept ! C’est quelque chose que je n’ai jamais entendu auparavant ! L’ampli passe le test haut la main, mais je n’ai eu que cinq pré-échos après avoir retiré les pieds d’isolation et la dalle de pierre. Le chant de Shelby est contrôlé et beau, et il y a juste la bonne quantité d’écho.

Maintenant, essayons un peu de Suzanne Vega. Le Tom’s Diner est intéressant en ce sens que si vous l’écoutez à un volume suffisamment élevé avec des écouteurs de haute qualité, beaucoup de «détails» supplémentaires commencent à apparaître. Eh bien, avec Kora, je constate le même phénomène avec des haut-parleurs, et à un volume plutôt modéré. J’ai également écouté Ironbound / Fancy Poultry du même album et je n’ai pas eu de remarques à ce sujet non plus. La voix haletante de Vega n’était pas trop perturbante. Et si la voix de Suzanne n’avait pas eu l’air un peu haletante, cela aurait signifié que la chaîne audio ait été fortement atténuée dans les aigus.

 

ET MAINTENANT, QUELQUE CHOSE DE COMPLÈTEMENT DIFFÉRENT
Essayons l’album de chansons à boire de la chorale de l’université de Turku de l’année 2002. Je devrais savoir comment la scène sonore est censée sonner, puisque j’étais dans la chorale ! Le son est juste, très transparent. Dans un certain sens, le son est même meilleur que l’original, mais rien ne sonne faux ou artificiel.

Suivons cela avec l’enregistrement Pentatone du quintette de truites de Schubert. Ici, je suis impressionné par la séparation nette des instruments, la présence acoustique naturelle et la noirceur du fond. Le piano est toujours un instrument difficile, car après tout, il est sans aucun doute le plus complexe et le plus polyvalent des instruments de percussion. Si vous combinez l’action du marteau sur les cordes, la réaction et la résonance de la table d’harmonie, l’enregistrement de l’espace et celle d’autres instruments d’accompagnement, et l’enregistrement d’un piano lui-même, on comprend la complexité de l’exercice. La large gamme de fréquences et l’énorme gamme dynamique font du piano un instrument difficile à appréhender.

Les prochains invités sont Roger Waters et Paranoid Eyes de l’album Final Cut. Le système holophonique fonctionne vraiment et l’image sonore est phénoménale. Les effets s’ouvrent en grand et la profondeur ne manque pas non plus. Les boules de billard claquent les unes contre les autres de manière réaliste en arrière-plan. Avançons ensuite rapidement de 9 ans et essayons le chef-d’œuvre de la carrière solo de Waters – Amused to Death. J’ai choisi le morceau numéro trois Perfect Sense pt. I. Les effets QSound fonctionnent de manière impressionnante et HAL s’exprime mieux que jamais. Même si la clarté est de première classe, il n’y a pas de luminosité indésirable. Ce disque sonne en fait un peu sombre.

Pour terminer la session numérique, je suis allé avec Sinatra « At the Sands ». L’expérience est extrêmement immersive, les sons du public et les chaises qui bougent sont là comme d’habitude, mais je n’ai rien remarqué de nouveau. C’est difficile à sonder, mais quand j’ai écouté ce disque, la première fois en DVD-Audio stéréo 24/192, j’ai pensé que le son était fin et boueux. Apparemment, ma configuration à l’époque était médiocre, car la pièce est la même qu’aujourd’hui. Maintenant, l’album est un plaisir à écouter même si les versions studio des vinyles MoFi de Sinatra ont des sons plus riches.

 

VINYLES
J’ai I Robot du Alan Parson Project à la fois sous forme numérique (DSD) et sur vinyle MoFi 45 RPM. J’ai mis le vinyle et j’ai été accueilli par un son agréable et transparent. L’album est une affaire assez complexe et je trouve que c’est un plaisir à écouter, tant en termes de mérite musical que de qualité sonore. Par exemple, le chœur et l’orchestre de la chanson Breakdown ont un son vraiment excellent. J’avais l’intention de n’écouter que la chanson titre, mais j’ai fini par écoute le disque en entier. Je suppose que cela en dit long sur la fidélité de l’écoute !

Les échantillons de vinyle suivants étaient la cinquième symphonie de Beethoven (Philharmonique de Berlin et Sir Simon Rattle, enregistrés avec une paire de microphones stéréo) et La Campanella de Paganini. Beethoven en premier. Les cordes sont comme à l’accoutumé, mais Kora capte mieux les détails de fond que le BHK. Les instruments à vent ont du mal à tenir le coup dans les sections tutti, mais sinon l’équilibre n’est pas mauvais du tout. Par exemple, lorsque le troisième mouvement est suivi par le quatrième, les timbales attaquent comme il se doit. Bien entendu, le chef d’orchestre joue un rôle dans cet équilibre, mais l’impression générale est quand même raffraîchissante. D’une certaine manière, la technique d’enregistrement à plusieurs microphones rend tous les groupes d’instruments égaux, même si ce n’est pas ce qui se passe en direct. Je redoute vraiment le jour où les gens commenceront à mixer de la musique orchestrale en direct…

De toute façon, je m’écarte du sujet. Revenons à Paganini et à La Campanella. L’intro du violon solo est claire et proche, les parties orchestrales ont un réel poids, les glissandos du violon solo sont merveilleux. Ce qui lie la pièce, c’est le jeu des contrebasses et des percussions. Elles forment un champ sonore unifié, mais en même temps, on peut les distinguer l’une de l’autre.

 

NOSTALGIE DU VINYLE
Il est temps partir pour Manhattan. L’album Bop Doo-Wopp contient une chanson intitulée Safronia B dans laquelle la basse et la main gauche du piano électrique jouent le même schéma mélodique. Paradoxalement, le vinyle sépare souvent mieux ces deux éléments que la lecture numérique (qualité CD). C’est vrai, dès les premières notes, il était facile de distinguer les deux instruments jouant le même motif. Et il faut noter que le piano électrique a un fort vibrato dans sa sonorité, et de plus, le piano est également mélangé un peu à droite, bien que la partie inférieure tende vers le mono.

Maintenant que nous sommes en train de faire un voyage dans le temps, essayons un autre joyau des années 80. À l’époque, j’écoutais beaucoup de Michael Jackson. Alors, mettons Thriller sur la platine. Ce n’est pas comme ça que ça sonnait avant ! En vinyle, Thriller parvient toujours à impressionner – tant la chanson que l’album. Le riff de basse est un peu dépassé, mais il y a beaucoup de choses qui se passent dans l’image audio.

 

EN CONCLUSION
Résumer est à la fois facile et difficile. Je me demandais si le Vitus Audio RI-100 était le meilleur amplificateur intégré que j’avais testé chez moi. Peut-être l’était-il, peut-être pas, mais maintenant il n’y a plus de doute.

Le Kora TB400 est tout simplement le meilleur amplificateur que j’ai écouté chez moi. Maintenant vient la partie difficile, pourquoi est-ce ainsi ? Comme tout audiophile le sait, vous êtes toujours biaisé par votre propre configuration, mais pourquoi alors suis-je si absorbé par cet amplificateur ? Est-ce que j’aspire à un changement ou qu’est-ce qui se passe ? Pour l’instant, je dirai simplement que le Kora TB400 est le meilleur amplificateur que je n’ai jamais écouté. J’ai peut-être entendu de meilleurs amplificateurs dans le cadre d’un salon Hifi, ou peut-être pas. Mais ce n’est qu’une question de temps, car je dois travailler dans ma salle actuelle et dans d’autres conditions. Le résultat final est que je suis totalement «scotché» au TB400. Le temps nous dira s’il s’agit d’un caprice temporaire, mais ici et maintenant, j’ai l’impression d’avoir trouvé quelque chose de complètement nouveau. Je vais certainement devoir me pencher de plus près sur le TB200 à un moment donné dans le futur. Mais pour l’instant, retournons à l’écoute…

Erkki Innola
www.musiikkiakorville.fi

Autres articles

DIPTYQUE & KORA : ENCEINTES ET AMPLIFICATEURS FRANÇAIS CHEZ DA CAPO HIGH END AUDIO

« Les deux marques apportent d’excellentes propriétés et il semble que l’on puisse obtenir d’excellents résultats à chaque fois. »

ON OFF: essai du TB200

« Nous obtenons de très bonnes sensations de ce test, les Kora apportent de nouvelles idées et leur son rencontre cet hybride idéal de la beauté des tubes avec la force des transistors. »

No Limits Audio

Pour ce banc d’essai, nous avons déménagé dans l’établissement Assai Audio à Madrid, dirigé par José Félix Fernandez Peña, un personnage clé de la Haute Fidélité espagnole.