<< Retour

Michael Lavorgna

twitteringmachines.com

October 15, 2020

TB140 : l'essai de TwitteringMachines

Connaissez-vous la société française Kora ? Basée à Toulouse, dans la « Silicon Valley » française, la société mère de Kora travaille notamment pour l’industrie aérospatiale et est spécialisée dans la conception d’alimentations électriques et le traitement des signaux. Parallèlement, sa filiale Hifi conçoit et fabrique des amplificateurs intégrés qui utilisent des tubes et des transistors de manière non conventionnelle. Les TB140, TB200 et TB400 utilisent le circuit Square Tube breveté de Kora et diffèrent principalement par leur puissance de sortie, les TB140 ayant 70 watts par canal, les TB200 100 watts par canal (j’apprécie les noms de produits logiques) et les TB400 200 watts par canal. La société utilise des transistors Motorola dans le circuit Square Tube et le nombre de transistors augmente en même temps que la puissance de sortie, passant de quatre dans le TB140 à vingt dans le TB400.

Voici ce que dit l’entreprise sur son circuit Square Tube :
« Quatre tubes sont utilisés pour faire un seul étage d’amplification, d’où le nom ! Le « SQUARE TUBES » émet un signal symétrique par rapport à la référence (la terre). En d’autres termes, le signal va alternativement dans le champ des tensions positives (pour pousser la membrane du haut-parleur) et dans le champ des tensions négatives (pour tirer la membrane). Cette capacité unique avec les tubes à vide le rend particulièrement adapté à la conception d’amplificateurs audio. Dans votre amplificateur Kora, le SQUARE TUBE assure toutes les fonctions d’amplification et de contrôle du signal audio. A la sortie du SQUARE TUBE, le signal est identique à celui qui entre dans les enceintes. Des transistors de puissance complémentaires, audio et hyper-linéaires, fourniront le courant requis par les haut-parleurs, mais sans interférer dans l’amplification du signal. Il s’agit donc bien d’un amplificateur à tube !

Dans un amplificateur à tubes traditionnel les 12AX7 que l’on trouve à la sortie du Kora seraient remplacés par des tubes de puissance, par exemple 300B, c’est-à-dire de gros tubes, pour amplifier la tension du petit tube de signal, tout en ajoutant un transformateur de sortie pour fournir le courant nécessaire au couplage de l’étage de sortie de l’amplificateur au haut-parleur. Dans le TB140, ce sont précisément les 12AX7 qui fournissent l’amplification de tension et, au lieu d’un transformateur de sortie, nous avons des transistors qui fournissent le courant. La société affirme que cette approche permet d’éviter un certain nombre de problèmes rencontrés avec les amplificateurs à base de transformateurs en n’offrant aucun déphasage sur les basses ou les hautes fréquences, aucun mauvais couplage sur les basses fréquences et aucune limite de courant. Ce dernier point, l’absence de limite de courant, devrait se traduire par une poigne de fer sur n’importe quelle charge de d’enceinte.

Le TB140 offre quatre entrées de niveau de ligne asymétriques (RCA), une entrée phono MM, une pré-sortie si vous choisissez d’utiliser le TB140 comme amplificateur de puissance uniquement, une paire de borniers pour les haut-parleurs, l’entrée IEC et le bouton d’alimentation, tous situés à l’arrière de l’appareil. Le châssis en aluminium et acier du Kora est de couleur gris minéral moucheté, tandis que le panneau avant est constitué d’environ 3/4 de verre derrière lequel se trouve l’écran jaune. En faisant tourner le cercle gris minéral moucheté à droite de l’écran du bout du doigt, vous pouvez régler le niveau de volume tout en appuyant sur le bouton pour accéder aux fonctions de configuration. Ces fonctions comprennent le réglage du niveau du son du clic qui accompagne les changements de niveau de volume, la luminosité de l’affichage, la balance, les réglages de gain d’entrée pour chaque entrée afin que vous puissiez faire correspondre le niveau entre les sources, le style d’affichage où vous pouvez afficher les informations de balance et de décalage, et le mode By-Pass lorsque vous utilisez le TB140 avec un préamplificateur externe. Une télécommande est incluse qui permet un certain nombre de fonctions, y compris le contrôle habituel du volume et la sélection des entrées.

Lorsque vous mettez le Kora sous tension, il passe par un court processus de chauffage des tubes pour leur permettre de se stabiliser et d’atteindre un état de fonctionnement optimal avant que vous ne le mettiez en route. Notre appareil de démonstration a été fourni par le distributeur américain de Kora, Prana Distribution, et était monté d’une paire de JJ Electronics ECC83 de production courante du côté de l’entrée et de NOS Mullard, étiquetés RTC, ECC82 du côté de la sortie.

Au cas où vous vous poseriez des questions sur l’échange de tubes pour modifier le son du TB140, Kora explique que leur approche « Square Tube » annule en grande partie cet exercice : La technologie SQUARE TUBE est très différente d’un circuit à tubes traditionnel où le point de polarisation peut varier fortement d’un tube à l’autre (les tubes peuvent avoir des variations de +/- 30% !). Dans ce cas, le fait de changer les tubes pour des marques différentes peut entraîner des changements massifs en termes de performances et de caractéristiques sonores. L’une des principales caractéristiques du circuit SQUARE TUBE, contrairement aux circuits à tubes traditionnels, est qu’il impose le point de polarisation au tube. Par conséquent, le tube lui-même n’aura pas la latitude de varier au point d’imposer une signature sonore différente. La bonne nouvelle est que la technologie SQUARE TUBE offre une reproduction sonore très stable, quel que soit le tube utilisé.

Bien que l’intérieur du Kora ne soit pas standard, l’utilisation du Kora TB140 ne pourrait pas être plus facile. Faites vos branchements, branchez-le, allumez-le et jouez. Pendant la majeure partie de mon temps d’écoute, j’ai couplé le Kora avec les DeVore Fidelity O/93s et le DAC/Streamer totaldac d1-tube, tandis que ma fidèle Rega P3 (2000) monté avec la cellule Nagaoka MP-110 MM s’occupait du vinyle.

 

Sommes-nous clairs ? Parfaitement clairs

Oublions les circuits à Square Tube, les amplis à tubes sans transformateur et les tubes en général, car aucune de ces choses ne vous dira comment sonne le Kora TB140. En un mot, le son est clair comme de l’eau de roche. Il sonne pur. Si vous pensez que ces descripteurs ont des connotations négatives, débarrassez-vous de ces idées préconçues, car le Kora TB140 sonne aussi riche et harmoniquement juste, sans aucun soupçon de maigreur. Je dirais que l’un des aspects de la performance du TB140 qui l’élève à des niveaux – ça a l’air génial – est ce mariage de clarté cristalline et de richesse des timbres. Ajoutez à cela un contrôle des haut-parleurs d’une main de fer, quelle que soit la musique qui y est diffusée, et nous avons tout ce qu’il faut pour passer un bon moment musical.

Un autre aspect de la présentation du Kora qui a été mis en lumière lorsque j’ai fait tourner quelques CD était sa capacité à faire ressortir chaque détail d’un enregistrement comme s’il était en quelque sorte éclairé de l’intérieur. Je ne parle pas de cette fameuse « lueur de tube », de chaleur, comme une couverture qui recouvre tout, mais plutôt de l’effet inverse qui consiste à révéler ce qui se trouve sur et dans un disque avec une lumière très naturelle. « Red Bird Morning » de S.G. Goodman’s Old Time Feeling, dont j’ai acheté la copie signée, brille de la voix puissante et rayonnante de Goodman et chaque changement et inflexion subtile est mis en lumière par le Kora. Je ne peux imaginer que les plus pointilleux trouveraient à redire à la scène sonore du Kora.
Je suis obsédée par « Es Regnet », chanté par Teresa Stratas dans The Unknown Kurt Weill, et sa voix résonne comme une cloche à travers le Kora, caressant les mots de John Cocteau avec un charme inégalé. Les défauts de caractère sont à l’honneur dans « I Never Talk To Strangers » où Bette Midler et Tom Waits échangent des mots désagréables et finissent par se réconforter. Le contraste entre le chant sucré de Midler et la voix rocailleuse « du poète maudit » de Waits, est présenté dans toute sa splendeur à travers le Kora. Il s’agit d’un son à spectre complet.

Malheureusement, je n’ai pas de haut-parleurs à portée de main qui soient ridiculement difficiles à conduire et les DeVore O/93 sont un véritable coup de pouce en matière de couplage d’amplificateurs avec leur sensibilité de 93 dB/W/m / charge de 10 ohms. Ainsi, la seule chose proche d’un test de torture a été fournie par les haut-parleurs sur pied Golden Ear BRX dont la sensibilité de 90 dB et l’impédance nominale ont été déclarées « Compatibles avec 8 ohms ». L’association Golden Ear / Kora TB140 a produit un son très doux, à la fois délicat et détaillé, tout en transmettant beaucoup de corps et de dynamisme. Je dois dire que je suis toujours enchanté par le Golden Ear BRX et le Kora a fait le même tour d’illumination avec le BRX qu’avec le DeVore O/93s, faisant en sorte que chaque enregistrement soit révélé par la lumière. La reprise émouvante et frémissante de Nick Cave du « Cosmic Dancer » de T. Rex a été présentée avec une clarté incroyable, où chaque nuance de la voix de Cave était là pour la prise.

L’Ayre EX-8 (voir critique), utilisé comme un simple ampli intégré avec le totaldac qui l’alimente en bits convertis, a permis une comparaison intéressante. Je mettrais également l’Ayre sur le côté très révélateur de la gamme et il offrait une superbe prise sur les DeVore O/93 également. Une différence immédiate lors du passage du Kora à l’Ayre a été l’augmentation de la taille de l’image sonore. Nick Cave et le groupe avaient plus de séparation entre eux ainsi qu’un plus grand sens de l’échelle. En comparaison, le Kora présentait une image sonore plus serrée. Je donnerais également un avantage à l’Ayre en termes d’impact des basses, où les choses semblaient un peu plus physiques. Dans le coin du Kora, j’ai trouvé que sa capacité à illuminer l’enregistrement avec ce sens de l’étincelle et de la micro-délicatesse rendait le son de l’Ayre un peu moins étoffé à cet égard. L’Ayre Ex-8 est proposé à 5990 $ en tant qu’amplificateur intégré uniquement, il n’offre pas d’entrée phono, soit environ 750 $ de plus que le Kora et, à mon sens, le choix entre les deux se résume à une question de goût, par opposition au meilleur.

Je ne veux pas faire de comparaisons hystériques, mais le Line Magnetic LM845iA (4895 $) est également à l’étude. C’est un amplificateur intégré classique à tubes, avec des petits tubes, des gros tubes (845) et un transformateur de sortie. Seriez-vous surpris d’apprendre que le LM845iA était le plus complet du lot ? Je ne le pensais pas, car le LM845iA avait un son plus musclé et plus riche que le Kora et l’Ayre. Le LM845iA sonne aussi plutôt énorme en comparaison, présentant une image sonore grande et audacieuse limitée seulement par les dimensions de la Grange. Alors que le LM peut aussi faire des choses délicates, le Kora le dépasse en termes d’agilité et de rapidité, et sonne plus apte à démarrer et à s’arrêter sur une fine couche de métal. Ne vous méprenez pas, le LM845iA n’est pas avare, mais le fait est que le Kora excelle dans ce domaine également – le TB140 est un champion de la micro-dynamique. En termes d’éclairage – je suis presque en train de craquer en écrivant ces mots en regardant les 845 du LM845iA, mais je m’engage dans cette description, pour le meilleur ou pour le pire – le LM donne une impression de richesse sonore plus éclatante. Le Kora, en revanche, semble caresser chaque détail de l’enregistrement avec sa propre lumière. On peut peut-être aussi parler de cette qualité comme d’un sens plus riche du micro- détail.
Pendant les semaines où j’ai joué toutes sortes de musique avec le Kora TB140, j’ai rarement pensé à autre chose qu’à ce que je devrais jouer ensuite. Cette capacité, plus que toute autre, est le calibre ultime de chaque composant hifi et le TB140 est passé avec une présence défiant toute topologie.

 

Tout ça et les tubes aussi.

Des tubes. Le simple fait de dire ce mot fait penser à toutes sortes de bagages sonores. Lorsque les gens parlent de ce « son à lampes », je me dis souvent qu’ils n’ont pas dû écouter beaucoup d’amplis à lampes. Cela étant dit, je suis tombé dans le piège des tubes en parlant de lumière et d’illumination comme quelqu’un qui voit une bougie pour la première fois. C’est vrai. Parfois, il faut aller là où le sentiment vous émeut… Le Kora TB140 offre une présentation addictive et plutôt unique qui permet une plongée profonde dans les rouages de la musique sans avoir l’air analytique ou artificiel. Sa capacité à faire sortir la musique de son sommeil enregistré d’une manière si révélatrice et charnelle en fait un candidat sérieux pour quiconque cherche un amplificateur intégré qui laisse derrière lui les pensées de tubes et de topologies, obscurcies par la force vive de la musique.

Michael Lavorgna
twitteringmachines.com

Autres articles

DIPTYQUE & KORA : ENCEINTES ET AMPLIFICATEURS FRANÇAIS CHEZ DA CAPO HIGH END AUDIO

« Les deux marques apportent d’excellentes propriétés et il semble que l’on puisse obtenir d’excellents résultats à chaque fois. »

ON OFF: essai du TB200

« Nous obtenons de très bonnes sensations de ce test, les Kora apportent de nouvelles idées et leur son rencontre cet hybride idéal de la beauté des tubes avec la force des transistors. »

No Limits Audio

Pour ce banc d’essai, nous avons déménagé dans l’établissement Assai Audio à Madrid, dirigé par José Félix Fernandez Peña, un personnage clé de la Haute Fidélité espagnole.