<< Retour

RENÉ VAN ES

hifi.nl

JUILLET 2021

DIPTYQUE & KORA : ENCEINTES ET AMPLIFICATEURS FRANÇAIS CHEZ DA CAPO HIGH END AUDIO

Cela commence à devenir une belle tradition de se rendre au moins une fois par an chez Da Capo High End Audio, dans le village rural de Kerk-Avezaath, pour écouter les enceintes de Jeroen Tidström en compagnie de René Degens de Dimex Reference Audio Equipment. Cette fois-ci à deux marques françaises de la gamme Dimex : Kora et Diptyque. Deux marques situées en France à moins de 100 km l’une de l’autre, à Montauban et à Toulouse.

Kora et Diptyque sont des marques connues de votre serviteur car elles ont fait l’objet d’une actualité sur HIFI.NL en partie grâce à des critiques de ma part, notamment cette critique de l’amplificateur Kora Audio TB140. Diptyque Audio apporte des enceintes à panneaux, sous la forme du dernier type DP107, dans un espace plus petit le DP77 est déjà prêt. Kora High Fidelity fournit l’amplification avec un TB140 pour le petit Diptyque et un TB200 pour le grand panneau. Avec le détail sympathique que Diptyque utilise des amplificateurs de Kora pour régler les enceintes pour un résultat optimal. Mentionnez le pays France et mon cœur commence à battre plus vite, mentionnez le mot audio et plus d’adrénaline est libérée. La combinaison avec la musique est euphorisante.

 

DA CAPO HIGH END AUDIO À KERK-AVEZAATH

Le lieu est constitué des deux salles d’écoute de Da Capo. La plus petite pièce a un plafond bas, ce qui peut avoir une certaine influence sur la faible reproduction. En déplaçant la position d’écoute vers les enceintes, on élimine rapidement un son de basse trop lourd. La plus grande salle est spécialement conçue pour la reproduction musicale avec ses murs non parallèles, son plafond incliné et ses murs en briques brutes.

Une quantité impressionnante d’équipements Audio Research est installée à Da Capo, une marque qui se combine bien avec les haut-parleurs Magnepan et donc aussi avec les reproducteurs à panneaux de Diptyque. Jeroen a tous les modèles Diptyque de la maison à écouter. Maintenant qu’Audio Research est de retour sur le marché en tant que société indépendante, les meilleurs composants peuvent à nouveau être trouvés en interne et la marque retrouve une place de choix. Jeroen a beaucoup de projets, par exemple les haut-parleurs Da Capo Arpeggio seront bientôt prêts, un développement de Jeroen lui-même avec une efficacité de 91dB à 8 Ohm. De plus, l’alimentation électrique des salles d’écoute est assurée par l’enfouissement de nouveaux câbles Belden dans le jardin entre la maison et les salles d’écoute.

 

PLONGEZ DANS L’UNIVERS DE DIPTYQUE

La marque française Diptyque reconnaît que les enceintes à panneaux magnétostatiques peuvent procurer un plus grand plaisir d’écoute que les éternels modèles à cônes. Depuis 2001, Gilles Douziech et Eric Poix sont fascinés par un panneau associé à un tweeter à bande, un haut-parleur qui, bien que plat, nécessite un éloignement du mur arrière. Chaque Diptyque est un magnétostat, un panneau dans lequel une feuille est tendue. La feuille est recouverte de bandes conductrices de courant et le tout est suspendu entre des aimants. Sur le Diptyque, ce sont des aimants bipolaires pour une reproduction des basses plus contrôlée et plus profonde. En connectant un courant alternatif aux conducteurs de la feuille, celle-ci se déplace et produit un son. Le cadre dans lequel la feuille est tendue doit être solide, ne doit pas se plier, mais ne doit pas non plus devenir trop épais et ainsi influencer les propriétés acoustiques. A côté de la membrane, un tweeter à ruban est intégré. Les haut-parleurs reposent sur un pied élégant qui permet au câblage de pendre librement dans la pièce. C’est une amélioration par rapport aux versions précédentes où il était difficile d’utiliser des câbles épais.

Dans le DP77 présenté ci-dessus, un diaphragme d’une surface de 0,132 m2 constitue le reproducteur de graves et de médiums, qui peut être associé à un tweeter à ruban de 30 cm. Le système à deux voies a un rendement assez faible de 84dB et se combine avec une impédance de 6 Ohms. Un amplificateur d’environ 60 watts est recommandé au minimum. Avec une taille de 770 x 470 x 20 mm, le nom s’explique en partie, car DP77 signifie 77 cm. Avec ce magnifique support, le DP77 pèse encore 18 kg, alors que le panneau lui-même ne fait que 2 cm d’épaisseur.

Chaque Diptyque est disponible en 160 couleurs RAL différentes et la grille des panneaux peut être imprimée, si vous souhaitez transformer le Diptyque en œuvre d’art. Le filtre inverseur de Diptyque est une prouesse d’ingénierie avec une perte minimale. La large gamme de fonctionnement des reproducteurs permet de se contenter d’une pente de 6dB/octave à une fréquence de coupure de 1600Hz. Tous les haut-parleurs de Diptyque sont assemblés entièrement à la main. Les pièces en bois fraisées par CNC, les cadres métalliques soudés, les membranes et les filtres sont fabriqués par Diptyque lui-même à Montauban, seul le travail de vaporisation est sous-traité localement.

Le relativement nouveau Diptyque DP107 est un dérivé du populaire DP77, mais avec une hauteur de 107cm, la feuille pourrait atteindre 0,198m2 et le tweeter à ruban de 45cm est beaucoup plus long. Le rendement est un peu plus élevé, 86dB, la gamme de fréquences est un peu plus large et le poids est passé à 22kg. De plus, le DP107 est un véritable clone du DP77 en termes de couleurs, de capacité de charge, d’exigences en matière d’amplificateur et d’impédance. Si le DP77 se trouve dans la petite salle d’écoute de Da Capo, le DP107 peut remplir librement la grande salle d’écoute. Personnellement, j’aime toujours savoir dans quelle fourchette de prix ils parlent, le DP77 a un prix de 3 600 euros par paire, le plus grand DP107 coûte 5 500 euros par paire. Dans les couleurs standard et avec une façade neutre.

 

TECHNOLOGIE DU TUBE CARRÉ KORA

Dans le passé, il y a une certaine magie autour des amplificateurs Kora, car dans de nombreux tests, ils ont reçu d’excellentes notes. A cette époque, c’était toujours des amplis à tubes à 100%. La société rachetée a conservé son nom, mais en termes de technologie d’amplificateur, elle a emprunté une voie complètement nouvelle dans laquelle un préétage à tubes est combiné à un étage de sortie à transistors. Du moins en principe, car Kora utilise un circuit unique que vous ne trouverez nulle part ailleurs. Même le terme hybride n’est pas approprié pour la technologie du tube carré.

Le cœur de l’amplificateur est formé par quatre tubes électroniques de préamplification (ECC82 et ECC83). Ces tubes fournissent un signal symétrique et la tension (volts) à la sortie aux bornes du haut-parleur. Symétrique, car la moitié des tubes «tirent» sur le haut-parleur avec une tension négative et l’autre moitié «pousse» avec une tension positive. Ces tubes sont chargés de façon minimale et sont conçus pour durer longtemps. Ceci est possible car le tube ne délivre qu’une tension, fixée à 2mA pour la cathode, 1mA pour le tube triode.

Les avantages d’un tube sont bien connus, je pense : la dynamique est un jeu d’enfant pour un tube, le comportement linéaire et les changements rapides de tension sont pleinement exploités. Le concepteur de Kora a alors combiné la tension des tubes aux bornes du haut-parleur avec un amplificateur de courant pour piloter un haut-parleur. Les transistors sont configurés comme des suiveurs avec une impédance d’entrée élevée, un facteur de gain de presque un et une faible impédance de sortie. Un transistor réglé de cette manière n’a aucune influence sur la qualité du son et est choisi sur la base d’un comportement linéaire entre 10mA et 10A.

L’idée de séparer la tension (volts) du courant (ampères) n’est pas nouvelle, mais la mise en œuvre de Kora avec des tubes et des transistors l’est. Kora affirme que le comportement de l’amplificateur est totalement indépendant de la charge (capacitive et/ou inductive), qu’il ne souffre pas de déphasage et qu’il garde toujours la main sur les enceintes. Bien entendu, une grande attention a été accordée à l’alimentation électrique, dans laquelle un filtre contre le bruit en mode commun est inclus.

Fondamentalement, le Kora TB140 (photo ci-dessus) et le TB200 sont égaux. Le TB140 délivre 2x70Watt à 8 Ohm jusqu’à 2x100Watt à 4 Ohm. Quatre transistors complémentaires Motorola sont utilisés à cet effet à la sortie. En plus des quatre entrées de ligne, il y a une entrée phono MM et une pré-sortie à l’arrière.

Le design est anthracite mat avec une façade noire dans laquelle les indications apparaissent en jaune ocre. Les dimensions sont de 118 x 420 x 370mm, le Kora TB140 pèse 9kg. Le transformateur de 300VA et la capacité de 2×44.000uF prennent soin de la puissance de sortie disponible. La gamme de fréquences est spécifiée comme étant de 20Hz-20kHz avec une marge de +/- 1dB. Le prix du Kora TB140 est fixé à 5 000 €.

Le Kora TB200 est plus puissant avec 2 x 100 Watt à 8 Ohm à 2 x 180 Watt à 4 Ohm. Douze transistors de puissance sont utilisés à la sortie. Deux transformateurs de 300VA sont lissés avec 60.000uF par canal. Si l’apparence est la même que celle du TB140, les dimensions sont passées à 168 x 420 x 350 mm et le poids à plus de 17 kg. Il reste quatre entrées ligne, le phono n’est plus présent et le pré-out a disparu. Si l’on inclut la télécommande qui accompagne le TB140, le prix de cet amplificateur est de 10.000 euros.

 

PRÊT À JOUER

Jeroen et René ont monté les décors tout en jouant. Le Kora TB140 avec le Diptyque DP77 est joué par un NuPrime Stream-9 et un DAC-9SE. Un streamer et un DAC avec chacun un prix juste en dessous de 1.100 euros détenus. Tous deux avec des spécifications telles que DSD256 et PCM 24bit/768kHz. Convient à de nombreux services musicaux, à la radio Internet et à DNLA. Le DAC est équipé de sorties XLR et RCA. Tous les câbles proviennent de la «marque maison» de Da Capo, Wireworld. L’alimentation secteur passe par un Spaceport Wireworld, les données Ethernet passent par un commutateur Silent Angel Bonn N8 avec une alimentation Forester F1.

Dans la grande salle d’écoute, les haut-parleurs DP107 jouent sur un amplificateur Kora TB200. Cette fois avec un streamer/DAC Cocktail Audio X45 Pro dans lequel les puces ESS Sabre 9038 pro se chargent de la conversion. Bien sûr, à nouveau le câblage Wireworld. Selon Jeroen, Wireworld a été conçu par un amateur de musique. Il s’efforce d’obtenir un son sans caractère dans le bon sens du terme, qui s’accorde très bien avec n’importe quelle marque d’électronique. Ici, Jeroen utilise les câbles de la série Platinum, pour l’Ethernet il y a de nouveau une combinaison Silent Angel. Ce magnifique rack vient d’Atacama, modèle Eris 2 Eco 5.0. Pas de filtre secteur, une prise multiple Matrix 2 de Wireworld suffit.

 

PETIT ESPACE : TB140 ET DP77

L’ouverture des enceintes se remarque immédiatement avec «Wonderful world», qui offre une merveilleuse voix d’Eva Cassidy, de la bonne taille, ni trop grande, ni trop petite. Bonne intonation, dynamique sans compression. Détaché et grand. Doux et pur. Beaucoup de facilité combinée à l’utilisation de l’espace. Une grande partie de l’énergie des basses est libérée, ce qui peut probablement être attribué à un plafond bas dans la petite pièce d’écoute.

L’espace permet un volume réaliste, ce qui contribue à l’»authenticité» de la lecture. Lorsque le public applaudit à la fin de la chanson, les gens applaudissent et ce n’est pas un léger bruit de mains. La voix d’Eva lorsqu’elle parle contraste fortement avec sa voix chantée. Cela n’a jamais été remarqué aussi clairement auparavant. «Days of wine and roses» est un bel enregistrement ancien d’Oscar Peterson, maintenu très pur dans le mixage. Les percussions sont enregistrées de manière beaucoup trop large, s’étalant sur toute la largeur de la salle d’écoute, alors qu’un seul tambour est positionné de manière très précise. La quantité d’énergie dans la basse est modeste cette fois-ci et montre clairement le passage des doigts sur les cordes de la basse. Le piano reste central, c’est une reproduction différente de celle à laquelle je suis habitué, grâce au travail avec un dipôle.

Ce que j’expérimente tout comme une fois à la maison, il faut un certain temps pour s’habituer à un dipôle, pour expérimenter après l’accoutumance quel avantage un tel haut-parleur peut avoir. De plus, c’est un environnement étrange pour moi. Lorsque je laisse Peterson continuer à jouer son album, je m’enfonce de plus en plus pour absorber la musique. Il ondule joyeusement, me rend silencieux, demande de l’attention, que je donne volontiers. Car les passages de piano du maître défilent avec une clarté surprenante. C’est et reste un CD merveilleux.

Voix claires d’un chœur dans «Days of Beauty» du CD «Wintersongs». Quelques cordes sont ajoutées, Ola Gjeilo joue ses compositions au piano. L’atmosphère d’un paysage d’hiver peut être reprise en plein été. Ce n’est pas une piste facile à rendre proprement avec la réverbération sur les voix. «Home» est beaucoup plus simple, notamment dans l’intro, Ola montre où se trouve sa force, à savoir dans le jeu de piano. Les cordes qui ont été ajoutées plus tard n’étaient pas nécessaires et encore une fois, à mon goût, elles ne sont pas très soignées dans l’enregistrement.

Vraiment old school est Emmylou Harris avec «Together again». Continue, cette voix distinctive qui a dominé ma jeunesse. L’une des nombreuses dames de la campagne à disposer de tant de musique. L’ensemble montre que rien de cette beauté n’a été perdu. Dans mon souvenir, bien qu’il se soit estompé après toutes ces années, cette haute résolution ne s’est jamais imposée. Certes, les systèmes audio ont beaucoup évolué au fil des ans. L’audio vintage, c’est bien, mais en 2021, nous sommes à des années-lumière. Pourtant, les anciens enregistrements sont toujours dignes d’intérêt, même s’ils montrent douloureusement les erreurs commises à l’époque.

Agnes Obel joue son «Island of doom» du CD «Myopia». Vous voulez entendre facilement dans quelles tonalités elle chante ses paroles ? Puis posez un Diptyque DP77 ou équivalent. Là où les voix sont jointes, la distinction reste très facile à suivre grâce à la haute résolution des reproducteurs. Toujours large et lâche. La lecture est fluide, comme s’il n’y avait pas de haut-parleur. Le mode de reproduction rappelle fortement le Quad électrostatique, ou un Magnepan avec lequel Diptyque est comparable en principe. Agnès flotte dans l’espace, les sons surgissent de partout, cela rend la musique excitante et convaincante. Ce n’est pas une punition de laisser le CD, diffusé en streaming via Qobuz, se poursuivre pendant un moment. De belles basses sous la musique, allant assez loin sans exagérer. Ils constituent la base sombre de la musique d’Obel.

L’Akademie für Alte Musik Berlin interprète les «Concerti Grossi Opus 6 (7-12)» de Haendel, une délicieuse musique classique. L’arrangement orchestral est clair, la taille de la salle où l’enregistrement a été effectué est facilement reconnaissable par la réverbération, qui est enregistrée très naturellement. Pas de matière sèche mais un concert auquel vous pourriez assister. La musique est jouée sans acuité, les détails restent audibles du haut en bas du volume. Les différents instruments à cordes étant répartis en groupes, les solistes sont quelque peu séparés de l’orchestre.

La scène sonore se tient comme un roc autour des enceintes, sans provoquer de trou au milieu. Large, avec de la profondeur et de la hauteur. Cette interprétation de Trade est agréable, tant la musique se glisse facilement dans les oreilles. Un son ludique, vivant, non compressé, pur et si j’ai entendu de la distorsion dans les cordes, c’était vraiment dû à l’enregistrement ou à l’enregistrement Qobuz.

 

GRANDE ZONE D’ÉCOUTE : TB200 ET DP107

Une interprétation encore plus belle des «Concerti Grossi Opus 3» est donnée sous la direction de Reinhard Goebel par les Berliner Barock Solisten. La liberté de reproduction de Diptyque et Kora est reconnaissable, ne remontant jamais jusqu’au haut-parleur, qui parvient même à disparaître complètement sur le plan acoustique. Avec le DP107, l’image sonore est plus grande, plus profonde, plus large et plus imposante, alors que le caractère est resté le même. Toutes les caractéristiques de Diptyque se retrouvent dans ce système, élargi et développé davantage. C’est vraiment le son d’un bon système électrostatique ou magestatique que j’entends. Qui peut placer un DP107 et garder de l’espace derrière les enceintes, ne peut guère trouver mieux. Manque de basse ? Certainement pas. Controlling low ? Certainement.

Oh combien est belle la «Spring song» de Patricia Barber, merveilleuse est la voix de focus Barber sur l’album «Smash». Elle chante près du micro, entourée par le grand piano à queue, qui est placé de manière convaincante dans l’espace. Une basse avec de la puissance, jouée dans de nombreuses tonalités différentes, n’apportant jamais une quantité indéfinie de basses. Un tel niveau, combiné à une image correcte de la contrebasse en taille est rarement réalisable et en fait presque jamais avec un haut-parleur à cône. Il se tient juste là.

En deux morceaux, je suis tombé amoureux du DP107 et du Kora TB200. La nage» captive également, maintenant que les percussions et la guitare sont ajoutées, le détail devient clair dans les aigus et dans la vitesse des cordes de la guitare. Sur une gamme de fréquences neutre et plate dans laquelle il n’y a pas de valeurs aberrantes et la transition entre les panneaux est totalement inaudible.

Un homme, un Français est à sa place. Patrick Bruel chante pour moi «Le mal de vivre», écrit par Barbara et que l’on retrouve sur le CD «Très souvent, je pense à vous». La voix au centre, unie au groupe et pourtant clairement projetée pour que l’intelligibilité soit optimale. Bruel est centré, l’orchestre et le groupe sont dispersés. «Mon Enface» est plus austère en termes d’instruments et cela profite au contenu du texte. Piano avec beaucoup de notes aiguës, voix mi-chanteuse, mi-parlante. Comme c’est beau encore une fois. Quelle mise au point Diptyque donne dans cette combinaison. Alors que la musique autour de la voix est grande, même dans l’image haute, la voix reste humaine. Il est si facile de visualiser le chanteur de cette manière. Dans la bonne taille, pas de petit homme, pas de bouche géante.

Big Band ! «Rock swings» par Paul Anka avec «Smells like teen spirit». Cela peut aller très mal, ou très réel. Heureusement, c’est le cas. Paul Anka dans une position libre, un grand groupe derrière lui avec beaucoup de cuivres qui déchirent et grincent comme des fous. La percussion est un élément important. L’image stéréo est moins floue que dans mon souvenir d’une marque comme Magnepan, plus exactement comme peut l’être un électrostat, et cela pour 5 500 euros la paire.

Laura Fygi, qui a fait partie du groupe Centerfold, est plus connue en dehors de la Hollande qu’à l’intérieur, tout en étant une chanteuse de jazz excellente et appréciée. Sur son CD «Rendez-vous», elle apporte sa délicieuse voix dans «Le temps qui passe», accompagnée d’un groupe simple pour garder l’accent sur Laura. Une trompette arrêtée s’intègre parfaitement dans l’atmosphère. Comme toutes les voix, Laura est rendue à la perfection, avec du sentiment, de l’amour, elle apporte de la chaleur et un grand câlin. Encore une fois, le CD «Point» et, à partir de celui-ci, «Rush for Joe». Yello ne pose aucun problème pour le système. La musique est pointue, rapide, affichée plus large que large de sorte que la largeur de la salle d’écoute est complètement hors du tableau. Une musique amusante avec tous les différents tons. Une fois encore, c’est l’image de la hauteur qui impressionne. Sans oublier la profondeur, ne l’oublions pas. Et la vitesse de reproduction, presque réservée à un haut-parleur de panneau.

Pour conclure la deuxième session d’écoute, nous recevons Gino Vanelli avec le titre «I just wanna stop», extrait de son CD «Live in LA». Avec Vanelli vient une base solide qui, sans exagération, constitue le fondement. La fondation transmet l’expérience du direct à l’auditeur, ne rend pas la reproduction petite ou en boîte, mais au contraire donne toute liberté à la musique et au public. Une grande dynamique semble être possible et le volume ne doit pas être super élevé pour que Vanelli soit convaincant.

Le manque d’espace dans la maison est peut-être la seule restriction à ne pas passer à un Diptyque. Haut-parleurs accordés avec les amplificateurs Kora, donc combinés avec le TB140 et le TB200. Les deux marques apportent d’excellentes propriétés et il semble que l’on puisse obtenir d’excellents résultats à chaque fois.

 

C’EST FINI POUR AUJOURD’HUI

Kerk-Avezaath est à nouveau marqué d’un gros point rouge sur ma carte imaginaire, l’endroit où Da Capo High End Audio est à la hauteur de ce que beaucoup recherchent en matière de reproduction musicale. Des choses comme l’authenticité, la dynamique, la pureté du son et l’absence d’art dans les voix. Que Jeroen, avec René de Dimex, ait choisi des enceintes Diptyque et une amplification Kora n’a rien d’étrange. Ce sont des reproducteurs et des amplificateurs qui répondent aux exigences que je viens de mentionner. Un panneau donne de la liberté à la musique, lui permet de jouer en grand et, si un panneau est construit correctement, il peut en fait maintenir les petits instruments et donner aux voix une dimension humaine.

Les deux entreprises françaises, les panneaux Diptyque et Kora avec sa technologie Square Tube, se soutiennent mutuellement lorsqu’il s’agit de produits d’accordage, se sont trouvées et donnent ensemble au mélomane le plaisir d’écoute nécessaire. Il s’est avéré que Kora et Diptyque se combinent parfaitement avec les solutions de streaming de Cocktail Audio et NuPrime, le câblage pouvant être la «marque maison» Wireworld de Jeroen. En ce qui me concerne, les deux ensembles peuvent rester dans les salles d’écoute de Da Capo et je recevrai une clé pour continuer à écouter de la musique à Kerk-Avezaath pendant un week-end.

 

RENÉ VAN ES

article image
article image
article image
article image
article image
article image
article image
article image
article image

Autres articles

ON OFF: essai du TB200

« Nous obtenons de très bonnes sensations de ce test, les Kora apportent de nouvelles idées et leur son rencontre cet hybride idéal de la beauté des tubes avec la force des transistors. »

No Limits Audio

Pour ce banc d’essai, nous avons déménagé dans l’établissement Assai Audio à Madrid, dirigé par José Félix Fernandez Peña, un personnage clé de la Haute Fidélité espagnole.

Nouvelles télécommandes

Kora a repensé le design des télécommandes qui accompagnent les TB200 et TB400.